Parekotasun elektorala

klikatu hemen

Quatre femmes mènent des listes municipales abertzale 

Parmi les 25 listes déclarées ou assimilées abertzale à ce jour dans les communes de plus de 1000 habitants, pour les prochaines élections municipales, quatre sont menées par des femmes, Marie-Christine Borda à Zuraide, Anita Lacarra à Azkaine, Martine Etxezahareta à Hazparne et Argitxu Hiriart-Urruty à Kanbo.

Ekaitza, à l’occasion de la sortie de son numéro spécial pour la journée internationale des femmes a souhaité leur donner la parole.                       

Argitxu Hiriart-Urruty

Liste « Nahi Dugun Herria » à Kanbo

Ekaitza : Quelle raison vous a amenée à être tête de liste, en quelles circonstances ?

Argitxu : Nous avons un groupe abertzale très dynamique à Kanbo et il nous semblait évident que nous devions nous présenter dans notre ville d’autant plus qu’il n’y a jamais eu de liste abertzale à Kanbo .Par ailleurs il y a 6 ans Vincent Bru (mouvance droite) était seul sur la ligne de départ et dans une ville de 6500 h et il est préférable pour la démocratie qu’il y ait une liste de gauche, abertzale et écologiste. Notre travail est collectif et est porté par tout le groupe de ; cependant la loi oblige à nommer une tête de liste et leur choix s’est porté sur moi. Je l’ai accepté  par militantisme et parce que je sais que j’aurais avec moi une équipe prête à travailler et à me soutenir. Je n’ai pas d’ambition politique personnelle et nôtre rôle (futurs élus) sera de faire avancer nos idées, de tenir informé la population et de préparer le terrain pour les élections futures

Ekaitza : Que pensez-vous du fait que seulement 4 listes sur 25 sont menées par des femmes parmi les listes abertzale ?

Argitxu : Je ne suis pas étonnée car cela demande un énorme investissement en temps et en travail et nous savons tous que le quotidien à la maison (enfants, ménage, courses, etc.) incombe encore beaucoup aux femmes même si les hommes y participent de plus en plus ! Et je pense qu’une femme qui a des enfants encore petits fera le choix (légitime) de mettre la priorité dans sa vie de famille.

Pour ma part, je suis consciente que la charge qui m’incombe sera lourde et je ne l’aurais jamais accepté sans l’adhésion de ma famille.

Ekaitza : Au sein de la parité de votre liste, comment voyez-vous l’implication des fem­mes par rapport à celle des hommes ?

Argitxu : Dans notre équipe les femmes ont apportés beaucoup d’idées, véritables fourmis travailleuses et tout le monde, femmes et hommes ont pu travailler dans le respect de l’autre. La parité permet d’avoir un nombre égal d’hom­mes et de femmes dans une liste mais elle permet aussi que les femmes soient entendues car nous n’avons pas toujours la même vision des choses avec les hommes mais nous sommes souvent complémentaires

 

Ekaitza : Que signifie pour vous la journée du 8-Mars ?

Argitxu : La célébration de  la journée internationale des droits de la femme rappelle que malheureusement ces droits sont parfois bafoués, parfois remis en question comme le droit a l’avortement en Espagne ; il faut rester vigilent(e) et ne pas croire que tout est acquis une fois pour toute.

  • © 2014